Appel à communication

COLLOQUE INTERNATIONAL ET PLURIDISCIPLINAIRE

CITOYENNETE ET ESPACES URBAINS

ENTRE LES AMERIQUES ET L’EUROPE

TOULOUSE, LES 18 /19 NOVEMBRE 2010.

Dans la recherche en sciences sociales, comme dans la réalité des villes et métropoles américaines ou européennes, la question de la citoyenneté fait un retour remarqué sur le devant de la scène. La désaffiliation croissante des groupes et des individus vis-à-vis des partis politiques et la disparition des allégeances traditionnelles ne témoignent pas d’une crise du politique mais davantage de recompositions du champ politique en faveur de l’exercice de citoyennetés plus ou moins inédites. La citoyenneté, de part et d’autre de l’Atlantique, apparaît dorénavant comme le paradigme obsédant des politiques urbaines. Sa mise en exergue fonde une bonne partie de l’action publique dans les « quartiers difficiles » comme à l’occasion d’enjeux aménagistes. Elle traverse également la question du pouvoir local, que ce soit de manière implicite dans le fonctionnement et la remise en cause des systèmes de pouvoir, ou de façon explicite dans l’affirmation de nouvelles identités et de nouveaux sujets politiques.

La question de la citoyenneté nous ramène à celle du statut du territoire. Depuis des siècles dans les pays occidentaux, l’État-Nation constitue le cadre de référence de la citoyenneté et le socle identitaire de tout un chacun. Or, depuis une vingtaine d’années, le processus de globalisation et l’accélération des phénomènes migratoires bousculent cette conception de la citoyenneté, tout en affirmant son retour dans la vie citadine (Germain, 2006 ; Cortès, Faret, 2009). Ce retour au local, par la citoyenneté, s’inscrit dans une double rupture : idéologique d’une part, autour de la remise en cause de la figure du citoyen attachée à une conception de l’État Nation, et, d’autre part, politique, autour de l’utilisation du citoyen comme figure vertueuse de l’action publique et de la reconstruction des territoires. La signification de la citoyenneté change. Elle perd sa valeur de refuge nationaliste qui a longtemps été la sienne. Elle perd aussi de ses certitudes quant aux rapports qui la lient à l’espace. De nouvelles citoyennetés éclosent (écocitoyenneté, citoyenneté culturelle, bicitoyenneté…) qui trouvent en elles-mêmes de nouvelles ressources et deviennent un idéal mal défini de référence de la modernité démocratique. Au passage, l’identité y gagne en densité, car à l’identité nationale (unique et unitaire) succède un télescopage d’identités nouvelles ou anciennes, longtemps refoulées ou minorées. Identités qui ne se définissent plus exclusivement par rapport à un passé historique, mais se fabriquent dans un présent incertain et mouvant et dans des mémoires souvent fraîches et bien ancrées dans l’espace urbain.

Aborder la question de la citoyenneté en ville par une approche comparatiste entre l’Europe et les Amériques, c’est combler un peu du creux de la recherche sur la question qu’évoquait récemment Marion Carrel (2008). L’intention et l’ambition de ce colloque sont de dégager des pistes de recherches nouvelles -ou encore peu explorées par les travaux menés actuellement en Europe ou dans les Amériques ; non seulement dans une perspective comparatiste, mais aussi et surtout par une mise en perspective qui facilite l’identification des mécanismes à l’œuvre, des tensions et des changements en cours.

Le colloque se déroulera en quatre ateliers thématiques répartis sur deux journées, pour lesquels un président et un discutant assureront l’animation et la gestion des débats.

  1. Citoyenneté, urbanité et mobilisation
  2. Gouvernance et cadre institutionnel de la citoyenneté
  3. Citoyenneté et changements sociaux
  4. Faire citoyenneté dans la mobilité et la migration

Contacts et informations

David Giband : giband@univ-perp.fr

Corinne Siino : siino@univ-tlse2.fr

Les propositions de communication -sous la forme d’un résumé d’une page de texte maximum, incluant cinq à six mots clés- sont à renvoyer au plus tard pour le 15 janvier 2010 (giband@univ-perp.fr ou siino@univ-tlse2.fr).

Les textes feront l’objet d’une sélection. Il sera demandé, courant septembre 2010, aux communicants l’envoi des textes complets. Une publication est prévue.

Publications récentes des membres de l’équipe

  • Jacques Palard, 2009, La Beauce inc. Capital social et capitalisme régional, Les Presses de l’Université de Montréal, 344 p.

  • Jean Pierre Augustin (éd.), 2008, Sites publics, lieux communs (2), Urbanité et aménagement des rues et des ponts au Canada et au Québec, Bordeaux, Publications de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 180 p.
  • Geneviève Cortès, Baby Colin V, Faret L, Guétat-Bernard H, 2009, Migrants des Suds, Montpellier, Editions de l’IRD.
  • Geneviève CORTES, Laurent FARET (Dir.), 2009,  Les circulations transnationales. Lire les turbulences migratoires
    contemporaines,
    Paris, A Colin, 248 P.
  • Geneviève CORTES (coord.), 2009, Migrants d’Amérique latine Penser et vivre le retour, Collectif
    Broché,  Revue Caravelle N° 91, 2009, Editeur : PU Mirail (Toulouse).

MAP : le projet scientifique

L’étude des métropoles des Amériques fait rarement l’objet, en sciences sociales, d’une approche comparative entre le nord et le sud, ni d’une mise en perspective de questions pourtant communes comme l’immigration, la citoyenneté et l’identité (Capron et Monnet, 1998). A ce sujet, les travaux récents relèvent souvent d’une approche régionale ou thématique, et questionnent peu les similarités, les différences et les interdépendances, pourtant bien réelles de part et d’autre des Amériques. Or, depuis la fin du XXème siècle, la mondialisation, la généralisation des flux migratoires, les interdépendances politiques et économiques font ressortir le rôle désormais fondamental des questions relatives à la citoyenneté, et la place des migrants dans la construction métropolitaine (Jouve, Gagnon, 2006). Au nord comme au sud des Amériques, les métropoles apparaissent comme le support réaffirmé des mouvements migratoires, donnant prise à des modes inédits de citoyenneté que nous nous proposons d’interroger dans une perspective comparative et pluridisciplinaire.

Les métropoles des Amériques à l’épreuve de la citoyenneté

Si la définition de la métropole est couramment acceptée comme une agglomération millionnaire qui dispose de fonctions de commandement dans le domaine économique et culturel, se situe à la tête d’un réseau urbain et participe à la mondialisation des échanges et des flux circulatoires (Ghorra-Gobin, 2003) ; le fait métropolitain renvoie, quant à lui, à des réalités très diverses dans les Amériques, dépendant des contextes nationaux et culturels. Au nord comme au sud, les métropoles américaines se caractérisent par la mise en tension de populations diverses. Les effets de contexte agissent de différentes manières sur les dynamiques migratoires et circulatoires et sur leurs transcriptions spatiales, sociales, culturelles et politiques au sein des espaces métropolitains (Hamel, 2005) ; point qu’il s’agira ici de préciser par une mise en perspective. Nous entendons par migration ce qui relève des migrations internationales et des mobilités internes, dès lors que ces migrations mettent en tension dans les métropoles des populations d’origine ethnique ou socioculturelle différenciées (Cortès, Farret, 2009).

Au nord, depuis plus d’une décennie le regain migratoire induit une « diversification de la diversité » ethnoculturelle (Ley, 2007), non sans conséquence sur l’organisation des espaces métropolitains, sur les rapports sociaux et les modes de régulation politique qui s’y déploient. Les flux sud nord restent certes prédominants mais la diversification géographique des groupes conduit à une complexification des mouvements migratoires vers le nord, et à une diversification sociale des entrants.

De façon synchrone à cette globalisation migratoire, les métropoles nord-américaines sont devenues des espaces politiques de première importance où les pouvoirs locaux figurent en première ligne pour faire face à la diversification des demandes, dans un contexte de construction encore inachevée de la gouvernance métropolitaine et régionale. C’est, en effet, à l’échelle de la métropole que se gèrent les tensions et les conflits que suscite la présence visible, et parfois tendue, des différences culturelles et identitaires. La question du pluralisme n’y est pas nouvelle. En Amérique du Nord, la construction des deux nations s’est faite selon l’idée qu’elles constituent des sociétés plurielles, composées d’autochtones et d’immigrants. Ce qui paraît nouveau, c’est à la fois l’extrême diversité des groupes en présence, liée à une globalisation des flux migratoires, et les effets de cette diversité au regard des demandes sociales, culturelles et politiques qui émergent sur la scène métropolitaine. Les métropoles ne sont plus seulement à concevoir comme des espaces où les groupes sociaux et ethniques – plus spécifiquement ceux de migrants- sont amenés, par le jeu de la quotidienneté des rapports sociaux, à partager un « vivre ensemble » et à faire l’expérience de l’altérité (Amin, 2002). Elles se transforment en un espace politique de revendication, d’action, de mobilisation et in fine de traitement de cette diversité / altérité. L’affaiblissement des Etats Nations, la remise en cause des modèles usuels de gestion (comme ceux issus de la ségrégation positive), l’émergence de nouvelles demandes sociales et culturelles concourent à produire des formes inédites de citoyenneté (Pouzoulet, 2000 ; Germain, 2006).

Au sud, les métropoles, au développement rapide, sont également confrontées à des revendications culturelles et identitaires inédites, qui appellent à la constitution de nouvelles formes de « citoyenneté métropolitaine ».

La question centrale de la citoyenneté métropolitaine

Au nord comme au sud des Amériques, l’émergence de nouvelles manières de vivre la métropole et les syncrétismes culturels qui apparaissent s’inscrivent dans un contexte américain singulier , où la circulation des populations, des techniques, des cultures et des idées politiques s’est accélérée entre les métropoles nord-américaines et latino-américaines. Au cœur des changements figure la question centrale de la citoyenneté métropolitaine.

Depuis la publication de l’ouvrage de Samuel Huntington (2004), le rapport à la diversité ethnique focalise, aux Etats-Unis, les débats sur la citoyenneté et sur la conception de la politique. Ces interrogations ont redoublé depuis l’élection de B.Obama, particulièrement dans les grandes métropoles soumises à des flux migratoires constants et renouvelés. L’organisation, déjà ancienne au Canada et aux Etats-Unis, de coalitions de groupes d’immigrants -comme en Californie- rappelle l’importance de la question sur la scène politique métropolitaine et nationale. En Amérique latine, les mouvements pour les droits des Indiens et le regain de mobilisation dans les quartiers populaires attestent également, sous une forme différente, de l’importance de ces questions. En suivant Marion Carrel, nous considérons que la citoyenneté ne s’exprime pas seulement dans le champ électoral mais est « à appréhender comme une pratique qui s’épanouit dans un espace public partagé, pluraliste, où les arguments, dénonciations, publicisations de problèmes peuvent se faire et se défaire, et où des collectifs divers, qu’ils soient attachés à une religion, un territoire ou une origine ethnique, peuvent s’exprimer. » (2008, p.79).

Dans ce contexte, les métropoles américaines semblent aujourd’hui faciliter l’exercice de régimes inédits de citoyenneté, comme à Montréal où les comités de rue permettent de résoudre certains conflits (comme la construction d’une mosquée, la construction de logements sociaux). A Philadelphie, à Miami et à Vancouver, les districts scolaires, dirigées par des immigrants récents, s’ouvrent aux demandes culturelles (bilinguisme des enseignements, intégration de cours ethnocentrés) et servent de base à d’autres formes d’engagement politique. Ces processus de diversification des attentes se heurtent toutefois à l’agenda conservateur de plusieurs grandes métropoles au nord (New York, Los Angeles) et au sud (Mexico), qui prend une allure répressive. Le migrant, citoyen de seconde zone, est parfois apprécié au travers d’un filtre criminel, comme en Californie par exemple, où on lui dénie toute légitimité politique et citoyenne. Toutefois, la mobilisation citoyenne s’organise face à la criminalisation de l’immigration. Dans plusieurs métropoles états-uniennes, fleurissent associations et mouvements de contestation, attestant d’une prise de conscience citoyenne de migrants longtemps assignés au statut de clandestins ou d’acteur non légitime.

A travers les recompositions qui s’esquissent en matière de revendications identitaires, culturelles, religieuses ou politiques, ce sont d’autres modes d’intégration, d’assimilation dans la métropole qui émergent au nord et au sud. Leur appréhension et leur mise en perspective permettent plus largement d’interroger les modèles urbains (comme ceux de l’école de Chicago ou de Los Angeles). Elles éclairent d’un jour nouveau d’autres paradigmes explicatifs (ceux de l’école de Miami et de Montréal) qu’il s’agira -par nos expériences et terrains- de confronter.

Notre démarche comparative s’attachera à analyser les formes et les modalités de la citoyenneté qui s’expriment au regard de la diversification culturelle des espaces métropolitains. Emergent, en effet, dans des contextes nationaux et économiques multiples des formes de citoyenneté différenciée, destinées à répondre aux problèmes que posent la coexistence de groupes divers et l’absence de reconnaissance formelle de populations issues de l’immigration récente au nord et des groupes sociaux les plus défavorisés et marginalisés au sud.

Alors que nombre d’études postulent l’idée de citoyennetés culturelles, nous avançons l’hypothèse de citoyennetés plurielles, terme emprunté à Catherine Neveu (1997), qui prend assise sur une triple dimension : sociale, politique et spatiale. L’exercice d’une citoyenneté ne se limite pas au seul champ électoral du lieu de résidence. Elle tend, dans des métropoles éclatées et pour des populations multi appartenantes, à s’exercer dans des registres inédits, loin de la sphère électorale, parfois dans un mouvement complexe de va et vient entre la métropole d’installation (au nord ou dans la capitale) et le pays ou la région d’origine (au sud ou dans la zone rurale d’origine). Nous proposons ainsi d’appréhender ces citoyennetés métropolitaines plurielles autour de questions comme la religion, l’éducation, la sécurité, mais aussi dans des domaines plus communs comme l’urbanisme (le projet urbain), le logement, les transports ou l’emploi. Ce qui n’exclut pas d’intégrer à l’analyse une dimension géopolitique aux échelles nationales et locales qui intègre la question de la représentativité et des récupérations électorales.

L’analyse de ces citoyennetés plurielles appelle une meilleure appréhension des interactions entre une multitude de modes d’appartenance et d’engagement, et en fonction de références diversifiées (dans les champs migratoires, culturels, linguistiques, religieux…). Elle suppose aussi d’être attentif aux articulations d’échelles et d’actions dans laquelle elle se déploie (locale, métropolitaine, nationale, transnationale dont migratoire), ainsi qu’aux différentes appartenances sociales, ethniques et territoriales.

Dimension conflictuelle et espaces publics : urbanité(s) américaine(s) en question

Derrière ces changements figurent d’autres façons d’être à la ville et à la métropole, soit autant d’urbanités nouvelles que le rapport migration/citoyenneté donne à voir et que nous proposons d’explorer.

Elles semblent emprunter deux voies. En premier lieu, celle des brassages et des métissages qui définissent davantage qu’un cosmopolitisme urbain des situations d’interaction culturelle, non sans conséquence sur les changements identitaires et les représentations de la ville et de la métropole. A ce sujet, il sera intéressant d’explorer les changements produits en matière de représentation de la ville dans la littérature ou la production artistique par exemple. En second lieu, celle d’une urbanité métropolitaine, où l’implication des individus récemment arrivés facilite l’acceptation dans la ville et le sentiment d’être des « métropolitains ». Les situations de confrontation de ces diversités sur la scène métropolitaine produisent, par de-là les tensions, des changements dans les registres identitaires et dans celui de l’imaginaire métropolitain questionnant différemment l’urbanité au nord et au sud.

L’importance du conflit dans l’appréhension d’une citoyenneté plurielle, mérite également d’être explorée dans cette recherche transaméricaine. Le conflit, entre groupes ou envers l’autorité, est un préalable à la construction de consensus et de normes d’action collective qui conduisent à la production de régimes de citoyenneté. Les lieux et les espaces de conflit et de mise en tension représentent une entrée intéressante dans l’analyse de ces changements, qu’il s’agisse des lieux de culte, des espaces publics ou encore des lieux culturels.

Les espaces publics constituent des lieux majeurs de la fabrique citoyenne et identitaire (Ghorra-Gobin, 2001). Les espaces publics n’agissent pas nécessairement comme des creusets de civilisation et de brassage interethnique. Ils participent dans ces métropoles multiculturelles à amoindrir les différences. Lieux de cohabitation pacifique (Germain, 1993), ils cristallisent au nord comme au sud pratiques et symboles identitaires, et sont exemplaires de cultures d’immigrés qui, en tant que culture de transition, nourrissent différemment l’urbanité et la citoyenneté métropolitaine américaine.

Les échanges multiples, les conflits qu’ils abritent, les transactions qui s’y déroulent fournissent un poste d’observation privilégié sur la citoyenneté et l’urbanité en train de se faire. A ces échanges se mêlent des ensembles symboliques, des repères patrimoniaux qui participent à la construction d’une identité citoyenne (comme les murals dans les quartiers ethniques américains) et ouvrent sur l’imaginaire métropolitain. Espaces publics qui, confrontés à la diversité, se parent de nouveaux symboles et participent à la recomposition des paysages urbains. Ils produisent, aussi en retour, des tensions avec les autres groupes et les autorités, ces dernières hésitant entre acceptation et contrôle sécuritaire.

Le migrant, un acteur comme un autre ?

Ces changements invitent à concevoir le migrant -qu’il soit étranger dans les métropoles du nord ou d’origine rurale ou indigène dans celles du sud- non comme un sujet passif, mais comme un acteur agissant, capable de réflexivité et se réclamant citoyen. Celui-ci ne dépend pas nécessairement des logiques de groupe, il développe ses propres stratégies dans l’espace métropolitain en fonction d’attentes, d’espoir, de compétences et d’un certain niveau de connaissance de la société métropolitaine dans laquelle il se situe. Il mobilise les ressources de l’espace métropolitain, ce qui peut le conduire à délaisser les enclaves ethniques pour s’installer dans des quartiers pluriethniques pour des comportements hétérolocalistes, témoignage d’une « urbanité flexible » (Augustin, 2008), voir d’une métropolité flexible qui se vit dans la mobilité et l’accumulation d’échelles de références.

Dans le cadre de métropoles multiculturelles, la citoyenneté se forge dans les expériences quotidiennes, les revendications singulières, la fréquentation de lieux d’interaction, de médiation et de pouvoir et dans ce qui relève aussi d’une identité métropolitaine en gestation. Ces changements modifient à l’évidence la focale d’analyse qui, jusque-là, permettait de comprendre ces métropoles, notamment au nord, par le biais de la fragmentation. En sciences sociales, la fragmentation a fait depuis quelques années déjà l’objet de remise en causes conceptuelles (Navez-Bouchanine, 2002). Au niveau spatial – celui de la répartition des groupes et de leur mobilité dans l’espace métropolitain-, ces tendances se traduisent-elles par des changements minorant les formes de fragmentation et donnant à lire une plus grande complexité sociospatiale de l’organisation métropolitaine ?

Gouvernance plurielle et reconfiguration des espaces politiques métropolitains

Face à ces évolutions, il nous semble important d’interroger les modes d’adaptation des autorités locales, notamment dans le cadre d’une mise en gouvernance métropolitaine inachevée ou partielle. En Amérique du Nord, la scène politique métropolitaine s’est depuis longtemps ouverte aux coalitions ethniques, comme en Californie pour les Hispaniques ou à Philadelphie ou à Chicago pour les indo-pakisatanais par exemple (la coalition Projet impact for Indian American milite dans plusieurs métropoles du nord est pour une meilleure intégration politique des indopakistanais). Aux Etats-Unis, en fonction de la plus ou moins grande acceptation ou stigmatisation des attentes des « minorités politiques », se mettent en place des processus d’inclusion, d’exclusion, de cooptation et de marginalisation des groupes au sein de l’espace politique métropolitain (Savitch, Vogel, 2006). Ceux-ci varient selon les groupes, les métropoles et le poids politique des coalitions ainsi formées. De même, les avancées dépendent grandement des modalités de la gouvernance métropolitaine (présence d’un gouvernement métropolitain par exemple). Au Canada, la situation est différente (Gilbert, 2006). Le choix, déjà ancien, d’acceptation de la différence et la volonté fédérale de faciliter la construction de projets multiculturels débouche sur des changements politiques et sociétaux, dont témoignent les projets métropolitains et la conduite politique des métropoles. A Mexico, et dans d’autres métropoles d’Amérique latine, la conception des projets urbains s’ouvre timidement à la dynamique citoyenne.

La question du rapport métropole / migrant ne peut cependant plus se résoudre à la simple analyse des lobbies communautaires. Elle nécessite de prendre en compte les pratiques locales de l’interculturalisme, et ses effets sur la gestion de la diversité au quotidien par les échelons métropolitains et communaux. Nombre de métropoles canadiennes et états-uniennes intègrent la diversité culturelle dans leur activité administrative et dans leur structure de gouvernements, comme Montréal ou New York, figures archétypales d’une gouvernance urbaine ouverte à la diversité. Le multiculturalisme et l’interculturalité semblent représenter, au sein des métropoles, des concepts de gestion autant que des modèles d’action dans la transformation des services et des programmes à l’adresse des citoyens ; hypothèse qu’il s’agira de confirmer au nord et au sud.

La multiplication et la complexification des revendications aux différentes échelles de la métropole invite à penser différemment l’implication politique des nouveaux arrivants et à revisiter certaines notions comme « l’hyperpluralisme ». En quoi les métropoles -espaces politiques en construction- s’adaptent et intègrent des projets politique de type « pluraliste-identitaire-minoritaire », lourds de conséquence ? Comment les acteurs traditionnels de la construction métropolitaine (élus, représentants de la sphère économique) réagissent et s’adaptent à cette nouvelle donne ? Comment s’opère la gestion territoriale de la diversité et l’adaptation des services (éducation, culture par exemple) ? L’exemple des métropoles états-uniennes, où des services d’immigration spécifiques sont assurés par le tiers secteur communautaire local (nombre de Community development corporations offrent aux entrants légaux et illégaux des services sociaux) intégrés à une norme gestionnaire régionale, est-il présent partout ? Par ailleurs, une telle prise en compte de la diversité par les autorités publiques nourrit des stratégies politiques et électorales qui à terme pourraient bouleverser la géographie électorale des grandes métropoles et que nous nous proposons d’intégrer à l’analyse.

Dans cette hypothèse, il s’agira d’interroger les éventuelles convergences de périmètres entre les citoyens (particulièrement ceux issus de la migration), leurs modes de vie et les périmètres du gouvernement politique qui, en partie, tentent d’organiser ces mêmes populations et espaces à une échelle relevant du supra, et intégrant les dynamiques migratoires. La comparaison nord et sud américaine sera ici précieuse pour mieux saisir, au-delà des contextes nationaux, la complexité des mécanismes d’acculturation citoyenne et d’intégration politique.

Questionnements et problématique

Partant d’une démarche comparative, notre projet de recherche propose donc d’interroger les métropoles des Amériques au croisement des interactions entre diversification socioculturelle, dynamiques migratoires et citoyenneté. Cette perspective soulève plusieurs questions qui nous paraissent centrales dans l’approche de notre sujet. Dans des contextes nationaux et économiques différents, la notion de citoyenneté revêt-elle la même signification ? Comment se fabrique la citoyenneté dans les territoires métropolitains et les espaces urbains marqués par la pluralité ethnique et socioculturelle? A quels périmètres institutionnels s’ajuste et s’adapte une citoyenneté métropolitaine en train de se faire ? Quels espaces, pour quelles temporalités, similitudes et différences entre mondes nord américain et latino-américain ? Quelles incidences sur la composition en cours des modes de gouvernance métropolitaine et régionale ?

Les membres de l’équipe MAP