Appel à communication

COLLOQUE INTERNATIONAL ET PLURIDISCIPLINAIRE

CITOYENNETE ET ESPACES URBAINS

ENTRE LES AMERIQUES ET L’EUROPE

TOULOUSE, LES 18 /19 NOVEMBRE 2010.

Dans la recherche en sciences sociales, comme dans la réalité des villes et métropoles américaines ou européennes, la question de la citoyenneté fait un retour remarqué sur le devant de la scène. La désaffiliation croissante des groupes et des individus vis-à-vis des partis politiques et la disparition des allégeances traditionnelles ne témoignent pas d’une crise du politique mais davantage de recompositions du champ politique en faveur de l’exercice de citoyennetés plus ou moins inédites. La citoyenneté, de part et d’autre de l’Atlantique, apparaît dorénavant comme le paradigme obsédant des politiques urbaines. Sa mise en exergue fonde une bonne partie de l’action publique dans les « quartiers difficiles » comme à l’occasion d’enjeux aménagistes. Elle traverse également la question du pouvoir local, que ce soit de manière implicite dans le fonctionnement et la remise en cause des systèmes de pouvoir, ou de façon explicite dans l’affirmation de nouvelles identités et de nouveaux sujets politiques.

La question de la citoyenneté nous ramène à celle du statut du territoire. Depuis des siècles dans les pays occidentaux, l’État-Nation constitue le cadre de référence de la citoyenneté et le socle identitaire de tout un chacun. Or, depuis une vingtaine d’années, le processus de globalisation et l’accélération des phénomènes migratoires bousculent cette conception de la citoyenneté, tout en affirmant son retour dans la vie citadine (Germain, 2006 ; Cortès, Faret, 2009). Ce retour au local, par la citoyenneté, s’inscrit dans une double rupture : idéologique d’une part, autour de la remise en cause de la figure du citoyen attachée à une conception de l’État Nation, et, d’autre part, politique, autour de l’utilisation du citoyen comme figure vertueuse de l’action publique et de la reconstruction des territoires. La signification de la citoyenneté change. Elle perd sa valeur de refuge nationaliste qui a longtemps été la sienne. Elle perd aussi de ses certitudes quant aux rapports qui la lient à l’espace. De nouvelles citoyennetés éclosent (écocitoyenneté, citoyenneté culturelle, bicitoyenneté…) qui trouvent en elles-mêmes de nouvelles ressources et deviennent un idéal mal défini de référence de la modernité démocratique. Au passage, l’identité y gagne en densité, car à l’identité nationale (unique et unitaire) succède un télescopage d’identités nouvelles ou anciennes, longtemps refoulées ou minorées. Identités qui ne se définissent plus exclusivement par rapport à un passé historique, mais se fabriquent dans un présent incertain et mouvant et dans des mémoires souvent fraîches et bien ancrées dans l’espace urbain.

Aborder la question de la citoyenneté en ville par une approche comparatiste entre l’Europe et les Amériques, c’est combler un peu du creux de la recherche sur la question qu’évoquait récemment Marion Carrel (2008). L’intention et l’ambition de ce colloque sont de dégager des pistes de recherches nouvelles -ou encore peu explorées par les travaux menés actuellement en Europe ou dans les Amériques ; non seulement dans une perspective comparatiste, mais aussi et surtout par une mise en perspective qui facilite l’identification des mécanismes à l’œuvre, des tensions et des changements en cours.

Le colloque se déroulera en quatre ateliers thématiques répartis sur deux journées, pour lesquels un président et un discutant assureront l’animation et la gestion des débats.

  1. Citoyenneté, urbanité et mobilisation
  2. Gouvernance et cadre institutionnel de la citoyenneté
  3. Citoyenneté et changements sociaux
  4. Faire citoyenneté dans la mobilité et la migration

Contacts et informations

David Giband : giband@univ-perp.fr

Corinne Siino : siino@univ-tlse2.fr

Les propositions de communication -sous la forme d’un résumé d’une page de texte maximum, incluant cinq à six mots clés- sont à renvoyer au plus tard pour le 15 janvier 2010 (giband@univ-perp.fr ou siino@univ-tlse2.fr).

Les textes feront l’objet d’une sélection. Il sera demandé, courant septembre 2010, aux communicants l’envoi des textes complets. Une publication est prévue.


Une réflexion au sujet de « Appel à communication »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *